Catégories
Actualité

Saint-Bonnet, sa Restauration française et la critique de la démocratie sur Vexilla Galliæ

Le site légitimiste Vexilla Galliæ publiait le 8 octobre 2022 une étude intitulée « Un adversaire de la démocratie : Antoine Blanc de Saint-Bonnet », autour du livre La Restauration française que nous avons réédité.

Un article à lire sans tarder !

Catégories
Actualité

Présentation du livre « L’école à la maison, une institution divine », de l’abbé Roquette

Le 28 janvier 2023, nos Éditions proposaient une conférence sur le livre L’école à la maison, une institution divine, de l’abbé Eugène Roquette, dans le cadre du CER (Cercle d’études royales) de Tokyo au Japon.

Catégories
Avis de parution

Avis de parution : le roman Pedro Sánchez, de Pereda, plus que jamais d’actualité ?

L’actuel Premier ministre de l’Espagne, un socialiste, s’appelle Pedro Sánchez. La presse de toutes les nuances politiques s’est étonnée de sa volonté de s’accrocher à son poste plutôt que de démissionner ou de hâter les élections générales… Mais ces dernières s’annoncent pour bientôt, en 2023.

Fait amusant, le romancier carliste José María de Pereda avait déjà mis en scène, en plein XIXe siècle, un personnage répondant au nom de Pedro Sánchez. Et ce personnage-là s’est lancé dans le journalisme puis dans la politique par pur opportunisme, pour gagner de l’argent. Ce ne fut donc que par hasard qu’il arriva dans les rangs révolutionnaires et de gauche, avant de remarquer, le temps passant, qu’il ne faisait pas avancer la cause qu’il fallait…

Le Pedro Sánchez de José María de Pereda est une belle satyre de l’opportunisme, du monde des partis politiques et du parlementarisme. À lire sans attendre !

« — Que pensez-vous du señor don Augusto Valenzuela ?
— Je le tiens, me répondit-il à l’instant, pour un grand fripon.
— À la lettre ? répliquai-je.
— À la lettre, insista-t-il.
— Bien entendu, ajoutai-je sans la moindre intention de justifier le Manchois, vous voulez parler de l’homme d’État, du politique, mais non pas du…
— Quel homme d’État ? quel politique ? interrompit Matica, avec sa franchise habituelle. Je parle de l’homme, et je n’admets pas ces distinctions inventées par nos rhéteurs à la mode pour légitimer ce trop heureux métier qui consiste à vivre aux dépens du pays. Celui qui commet une friponnerie politique est un fripon comme tous les autres ; quand on n’est pas honnête dans sa vie publique, on ne peut pas l’être davantage dans sa vie privée. Est-ce que l’honneur est une statue à deux faces, ou un meuble à plusieurs usages ? Mais même en admettant cette bizarre distinction comme une excuse valable pour tous les crimes officiels, je maintiens le qualificatif en ce qui concerne l’important Manchois dont nous parlons. Le señor de Valenzuela est un monsieur qui, si le code civil était appliqué en Espagne à tous les Espagnols également, traînerait depuis plusieurs années trente livres de chaîne dans un bagne, avec beaucoup d’autres personnages qui comme lui roulent carrosse aux dépens de l’État. »

Catégories
Avis de parution

À l’aventure : parution des Croquis italiens de René Bazin

Non, René Bazin ne s’est pas essayé ici au dessin… mais il dresse des portraits et dépeint des paysages très plaisants d’un voyage en Italie, intenté pour un grand journal français.

C’est le premier carnet de voyage, si l’on peut dire, de René Bazin qui ait été publié. L’auteur connaissait déjà l’Italie et y avait des amis et connaissances. C’est la moitié nord de la botte italienne qui retient toute son attention : Piémont, Lombardie, Rome, Bologne, Venise, etc.

On appréciera sans aucun doute ses remarques judicieuses et ses magnifiques descriptions. Ces pages remplacent sans aucun doute un voyage proprement dit, surtout qu’elles nous font remonter le temps…

« Il y a autant de manières de voir et de voyager qu’il y a de fantaisies, et de projets d’étude ou de plaisir, et de souvenirs même en chacun de nous. Tout ce qui change nos âmes change aussi nos yeux. En revoyant les choses, nous ne les retrouvons plus exactement les mêmes. L’intérêt qu’elles avaient hier ne ressemble point à celui qu’elles ont aujourd’hui. On croit recommencer un voyage, mais l’illusion tombe vite : on est allé dans le même pays, et c’est tout.

» J’en ai fait l’expérience. Je reviens d’Italie, ravi comme la première fois, mais pour d’autres raisons, avec une impression très vive, mais différente de l’ancienne. Tout de suite j’ai senti qu’il en serait ainsi. À peine le train qui m’emportait, au sortir du tunnel du Mont-Cenis, dévalait le long des Alpes dont des milliers de crocus violetaient les prés en pente, à peine aperçus les premiers mûriers enlacés de hautes vignes, les premières fermes ayant à leurs balcons des épis de maïs couleur d’or pendus en chapelets, les gaves à demi desséchés qui ne sont guère, même en automne, que des cascades de cailloux blancs, et le soleil clair sur les plaines vastes du Piémont, le doux et fort amour qui m’en était resté tressaillit au-dedans de moi. Mais je ne lui appartenais plus tout entier, comme jadis. À la joie de retrouver cette campagne italienne, et les villes dont les toits de tuiles rougissaient par endroits l’horizon, se mêlaient à présent toutes sortes de questions et de désirs nouveaux. […]

» Je n’ai pas la prétention d’avoir résolu tous ces problèmes, ni même de les avoir tous étudiés. Mais comme ils ont sans cesse habité mon esprit, il serait étonnant que je n’eusse pas rencontré, çà et là, pour quelques-uns du moins, un commencement de réponse. J’ai vu beaucoup d’hommes et de toutes conditions : avocats, ingénieurs, fonctionnaires, grands seigneurs, paysans, journalistes. J’ai causé avec chacun des sujets qu’il pouvait le mieux connaître. La plupart se sont expliqués, sur leur pays ou sur le nôtre, avec une franchise à laquelle je ne m’attendais pas ; j’ai trouvé des hommes intelligents et réfléchis, serviables, souvent instruits, qui m’ont laissé, sinon pour tous les Italiens, du moins pour une partie d’entre eux, des sentiments de sympathie qu’en toute franchise je n’avais pas portés chez eux. J’ai pu rencontrer des réticences, mais il y en a de transparentes ; des réserves aussi, mais qui pouvaient passer pour de la fierté, et n’avaient rien d’offensant.

» Eh bien ! parmi les choses qui m’ont été dites ou que j’ai cru deviner, parmi celles que j’ai vues, peut-être s’en rencontrera-t-il qui ne seront pas sans quelque intérêt ou quelque nouveauté. Je le désire du moins, et c’est la raison de ces notes. Elles ont été écrites pour le Journal des Débats où, sauf la neuvième et la fin de la douzième, rédigées depuis lors, elles ont toutes paru. J’hésitais d’abord à les éditer. L’accueil qu’on leur a fait m’y détermine. Les voici donc. Je les ai groupées à ma façon, n’en ayant pas d’autre, avec le souci de ne pas désigner les personnes et d’exprimer leurs idées fidèlement. J’espère que les lecteurs français me sauront gré de cette sincérité, et que mes amis d’Italie ne s’en offenseront pas. »

Catégories
Non classé

Antoine Blanc de Saint-Bonnet et sa Restauration française sur Radio Courtoisie

Le 8 décembre 2022, il était question de La Restauration française, chef-d’œuvre d’Antoine Blanc de Saint-Bonnet, sur les ondes de Radio Courtoisie. Le tout dans le libre journal des Chevau-Légers, animé par Luc Le Garsmeur. L’émission s’intitulait : « Blanc de Saint-Bonnet, penseur de la Contre-Révolution sociale ».

Catégories
Actualité

La Légitimité de Saint-Bonnet en souscription !

La Légitimité est l’un des derniers ouvrages d’Antoine Blanc de Saint-Bonnet (1815-1880).

Il a été publié en 1872, juste après la défaite face à la Prusse et l’épisode de la Commune de Paris, en un temps où la Troisième République commençait, sans être définitivement fixée.

La réédition de ce maître-ouvrage, qui était paru en même temps que la republication de La Restauration française du même auteur, fera plus de 625 pages traitant de tous sujets ayant trait à la philosophie morale, sociale, politique et économique de notre pays.

Jusqu’à sa parution, le titre La Légitimité peut être réservé en souscription avec frais de port offerts, au prix exceptionnel de 20 € (au lieu de 30 € après sa publication officielle). Vous le recevrez dès sa parution !

Catégories
Actualité

Blanc de Saint-Bonnet, penseur de la Contre-Révolution sociale

Notre maison d’édition était représentée sur les ondes de Radio Courtoisie, le 8 décembre 2022, en la fête de l’Immaculée-Conception, dans le cadre du libre journal des chevau-légers de 21 h 30, animé par Luc Le Garsmeur.

Le titre de l’émission du jour était : Blanc de Saint-Bonnet, penseur de la Contre-Révolution sociale. Spécialement au sujet du livre de La Restauration française d’Antoine Blanc de Saint-Bonnet, deux grands axes thématiques ont été abordés pendant trois quarts d’heure : « Révolution et Société », puis « Capital et Socialisme ».

Rediffusée le dimanche 11 décembre 2022 de 21 h 30 à 23 h 00, l’émission est par ailleurs accessible sur le site de Radio Courtoisie.

Catégories
Avis de parution

L’Hiver de l’Église après le concile Vatican II : une histoire signée Cristina Siccardi

Les églises se vident, les couvents et monastères disparaissent les uns après les autres, les prêtres ne se recrutent plus ni ne se rendent visibles dans la société… La foi des rares fidèles semble trancher avec celle des siècles catholiques passés.

Qu’est-il arrivé ? C’est ce que l’auteur italienne Cristina Siccardi nous explique dans cet ouvrage faisant, un demi-siècle après l’événement, le bilan sans concessions du concile Vatican II.

« À qui irions-nous, Seigneur ? » (Jn 6, 67). Au concile Vatican II, peut-être… ? Un demi-siècle a passé depuis le concile le plus étudié de l’histoire, qui est aussi le moins clair de toute l’Histoire : quels en sont les fruits ? Comment, au cours de ces décennies, les figures de l’évêque, du prêtre, du moine, du religieux, de la sœur, de l’enfant de chœur, du catéchiste se sont-elles transformées ? Que proposaient les schémas préparatoires au concile pour qu’on ait décidé de ne pas en tenir compte ? Le pape François et Benoît XVI ont cosigné l’encyclique Lumen fidei pour l’année de la foi. Mais qu’est-ce qu’avoir la foi, et qu’est-ce que cela implique ? Cet ouvrage offre des réponses historiques et spirituelles à ces interrogations.

On compare souvent notre époque au IVe siècle, où saint Athanase prononça ses mots : « aujourd’hui, c’est l’Église tout entière qui souffre. Le sacerdoce est vilipendé de façon choquante et – pis encore ! – la sainte crainte de Dieu est raillée par une irréligiosité impie. […] La foi ne trouve pas son origine dans notre époque, mais elle nous est venue du Seigneur, par l’intermédiaire de ses disciples. Que l’on n’abandonne donc pas, de nos jours, cette Tradition, conservée dans les Églises depuis le début. Ne soyons pas infidèles à ce qui nous a été confié ! »

« À qui irions-nous, Seigneur ? » (Jn 6, 67). Au concile Vatican II, peut-être… ? Un demi-siècle a passé depuis le concile le plus étudié de l’histoire, qui est aussi le moins clair de toute l’Histoire : quels en sont les fruits ? Comment, au cours de ces décennies, les figures de l’évêque, du prêtre, du moine, du religieux, de la sœur, de l’enfant de chœur, du catéchiste se sont-elles transformées ? Que proposaient les schémas préparatoires au concile pour qu’on ait décidé de ne pas en tenir compte ? Le pape François et Benoît XVI ont cosigné l’encyclique Lumen fidei pour l’année de la foi. Mais qu’est-ce qu’avoir la foi, et qu’est-ce que cela implique ? Cet ouvrage offre des réponses historiques et spirituelles à ces interrogations.

On compare souvent notre époque au IVe siècle, où saint Athanase prononça ses mots : « aujourd’hui, c’est l’Église tout entière qui souffre. Le sacerdoce est vilipendé de façon choquante et – pis encore ! – la sainte crainte de Dieu est raillée par une irréligiosité impie. […] La foi ne trouve pas son origine dans notre époque, mais elle nous est venue du Seigneur, par l’intermédiaire de ses disciples. Que l’on n’abandonne donc pas, de nos jours, cette Tradition, conservée dans les Églises depuis le début. Ne soyons pas infidèles à ce qui nous a été confié ! »

Catégories
Avis de parution

Parution de L’Infante, le magistral roman catalan de Louis Bertrand

Avec L’Infante, Louis Betrand atteint les sommets de l’art du roman historique. L’intrigue qu’il présente lui tient à cœur. Il s’inspire des faits véridiques d’une conjuration espagnole à Villefranche-de-Conflent au XVIIe siècle, se frayant un chemin entre les différentes versions conservées par les mémoires populaires au sujet de la jeune Ines de Llar et de sa famille…

Un roman puissant, où Louis Bertrand présente à ses lecteurs émerveillés une région dont il est tombé amoureux : la Catalogne française. C’est spécialement au Conflent qu’il donne la plus grande partie de ses scènes, mais Perpignan et la Castille ne sont pas en reste.

Le titre du livre ne doit pas tromper : L’Infante, c’est le surnom donné à la jeune Ines de Llar. Pourquoi ? Pour ses cheveux blonds et sa peau claire, associés à une rare beauté, qui la font ressembler à une damoiselle de la maison d’Autriche plutôt qu’à la fille de hobereaux de la montagne… Mais c’est aussi sa morgue toute castillane, son air altier, sa fierté, et l’habit avec garde-infant qu’elle revêt lors d’un bal mémorable…

Un récit puissant, qui ne laissera personne indifférent. Le devoir et Dieu premier servi avant l’amour humain…

« − Savez-vous à qui je pense, en cette minute ?… Je pense à Inès de Llar, à cette jeune fille de Villefranche qui, par amour pour un officier français, trahit, dit-on, son père, sa mère et tous les siens, avec leurs amis et leurs proches, qui avaient formé le complot de livrer la place aux Espagnols. Voilà vingt ans, moi aussi, que je vins à Villefranche pour la première fois. Trois lignes du guide me révélèrent l’existence de cette jeune passionnée. Je n’en sais pas plus, sinon que ce terrible drame d’amour se passa en 1674, au lendemain de l’annexion du Roussillon et de la Cerdagne à la France. Mais, depuis ce temps-là, chaque fois que je reviens ici, je rêve de cette petite patricienne, de cette fille de hobereaux tout gonflés de morgue castillane, et je me dis qu’elle dut être bien affamée d’amour pour commettre un pareil crime, pour imprimer une pareille tache sur le blason familial. Elle m’inspire une sympathie et une pitié profondes. Quand j’entre à Villefranche, c’est cette pâle figure aux grands yeux tristes que j’aperçois toujours, derrière les meurtrières des vieux remparts ou les fenêtres grillées des vieux logis…

» − Comme vous, dit l’Évêque, – et depuis plus longtemps que vous, – j’aime Inès de Llar. Je lui pardonne. Elle a dû tant souffrir !…

» Et, après avoir réfléchi un instant, il prononça, avec la plus pressante persuasion :

» − Il faut que vous racontiez cette histoire !…

» Comment cela se fit-il ? Instantanément, je fus convaincu qu’il le fallait en effet. »

− Conversation avec Monseigneur Jules du Pont de Carsalade, évêque d’Elne, rapportée par Louis Bertrand, de l’Académie française, dans le « Prologue » de son ouvrage.

Catégories
Avis de parution

L’esprit familial à l’honneur avec Mgr Delassus

Monseigneur Henri Delassus, du diocèse de Cambrai, est célèbre pour son étude de l’américanisme et de La Conjuration antichrétienne. Il a écrit bien d’autres ouvrages, dont un remarquable L’esprit familial dans la maison, dans la Cité et dans l’État, résumant en bonne partie l’excellent ouvrage La Famille telle que Dieu l’a faite, de l’abbé Roquette, plus vieux d’une trentaine d’années.

« La famille n’existe plus en France. Et c’est là, pour le dire en passant, ce qui explique le peu de résultats obtenus par les prêtres et les religieux qui ont eu en mains, pendant un demi-siècle, l’enseignement primaire et secondaire de plus de la moitié de la population. Leurs leçons ne trouvaient plus à s’asseoir sur le fondement solide que doivent poser dans l’âme de l’enfant les traditions de famille. […]

» Ne voyant plus l’avenir devant elles, les familles ne songent plus qu’à jouir du présent. […]

» C’est le cœur qui meurt le dernier, et le cœur de la France, c’est l’élite de ses enfants, composés de tous ceux qui ont gardé quelque chose de l’esprit des anciens. »

« Donc, partout la civilisation a commencé par la famille. Çà et là naissent des hommes chez qui se développent et agissent plus puissamment l’amour paternel et le désir de se perpétuer dans leurs descendants. Ils se livrent au travail avec plus d’ardeur, imposent à leurs appétits un frein plus continu et plus solide, gouvernent leur famille avec plus d’autorité, lui inspirent des mœurs plus sévères, qu’ils impriment dans les habitudes qu’ils font contracter. Ces habitudes se transmettent par l’éducation ; elles deviennent des traditions qui maintiennent les nouvelles générations dans la voie ouverte par les ancêtres. […]

» Comme le dit fort bien M. de Savigny : “L’État, une fois formé, a pour éléments constitutifs les familles, non les individus.” […] Partout la famille est, aux bonnes époques de l’histoire des peuples, ce que chez nous la démocratie, pour notre malheur, a fait être l’individu : l’unité sociale. […]

» “Rien dans l’histoire, dit M. Frantz Funck-Brentano, n’a jamais infirmé cette loi générale : tant qu’une nation se gouverne d’après les principes constitutifs de la famille, elle est florissante ; du jour où elle s’écarte de ces traditions qui l’ont créée, la ruine est proche. Ce qui fonde les nations sert aussi à les maintenir.” […]

» Pour un peuple, il y a pire que la destruction de ses armées et de ses flottes, la banqueroute de ses finances et l’invasion de son territoire ; il y a l’abandon de ses traditions et la perte de son idéal. L’histoire de tous les peuples est là qui nous l’atteste. […]

» Les Français étaient heureux et prospères lorsque la famille était chez eux solidement constituée, quand l’esprit de famille animait la société entière, le gouvernement du pays, de la province et de la cité, et présidait aux rapports des classes entre elles. […]

» Aujourd’hui, la famille est à ce point dans la dépendance de l’État que le père n’a même plus la liberté d’élever ses enfants comme sa conscience et ses traditions de famille lui disent de le faire. L’État s’en empare, avec la volonté légalement proclamée de faire de ces enfants des sans-Dieu et conséquemment des sans-mœurs. Et les pères de famille ont tellement perdu le sentiment de ce qu’ils sont, qu’ils laissent faire ! […] »